La fin des sociétés

Dans son dernier ouvrage « La fin des sociétés », la réflexion d’Alain Touraine prend comme point de départ la crise économique qui secoue le monde depuis désormais cinq ans. Dans ce cadre économique morose, les institutions, famille, école, entreprise, politique semblent dépassées et inaptes à refléter les positionnements actuels des citoyens et à répondre à leurs attentes. Les sociétés paraissent s’effondrer sur elles-mêmes, leurs propres structures perdant légitimité et pertinence dans un monde où les changements sont chaque jour plus rapides.

Ce livre ne prend pas pour autant le parti du fatalisme généralisé. Bien au contraire, l’auteur fait sien le principe selon lequel toute fin est aussi un commencement. Aux quatre coins du monde, des mouvements, plus ou moins spontanés, plus ou moins organisés, plus ou moins politiques se rassemblent. Des militants des Printemps arabes aux indignés de la Puerta del Sol à Madrid, nombreux sont ceux qui cherchent à peser sur l’avenir.

Lire

About Giorgio Bertini

Research Professor. Founder Director at Learning Change Project - Research on society, culture, art, neuroscience, cognition, critical thinking, intelligence, creativity, autopoiesis, self-organization, rhizomes, complexity, systems, networks, leadership, sustainability, thinkers, futures ++
This entry was posted in Crises, Movimientos sociales, Social movements, Society and tagged , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s